suivez-nous

Actualités

Filtrer les éléments par date : septembre 2017

Accompagné de Christine Ouellet, candidate dans le district du Golf, et de Sylvain Raby, candidat dans le district du Lac-des-Nations, le chef du Renouveau sherbrookois, Bernard Sévigny, a dévoilé un de ses engagements en conférence de presse cet après-midi :

« L’expression « villes intelligentes » désigne des communautés qui déploient diverses technologies pour améliorer l’interface entre les administrations publiques et les citoyennes et citoyens.  L’adaptation organisationnelle de l’administration publique et la modification des comportements citoyens sont essentielles et constituent un grand défi pour l’ensemble des décideurs, et ce, que ce soit les entreprises privées, les institutions d’enseignement, les corps publics ou la société civile.

À ce niveau, Sherbrooke a tout ce qu’il faut pour se démarquer : Ville universitaire comptant 40 000 étudiantes et étudiants, plus de 200 sites accessibles « ZAP Sherbrooke », ville fondatrice des données ouvertes Données Québec et la seule ville avec la Ville de Québec à disposer d’un réseau complet de fibre optique. Pas étonnant que Sherbrooke figure au palmarès 2015 des 21 « villes intelligentes » (Smart 21) parmi 400 villes dans le monde, établi par l’organisme International Intelligent Community Forum » a rappelé Bernard Sévigny.

La candidate du Renouveau sherbrookois dans le district du Golf, Christine Ouellet, a annoncé une nouvelle initiative de sa formation politique. « La position de Sherbrooke est déjà enviable mais nous n’en sommes qu’aux premiers pas d’une démarche beaucoup plus ambitieuse : faire de Sherbrooke une ville Intelligente, Inclusive et Innovante.  Notre ville compte de nombreuses ressources en technologies de l’information (TI), que ce soit au sein de son administration, de ses partenaires institutionnels ou de la centaine d’entreprises, petites et grandes, qui œuvrent dans les TI.  C’est pourquoi nous nous engageons à doter Sherbrooke d’un « Bureau de la Communauté Intelligente » qui sera installé au cœur du tout nouveau quartier « Well Inc. ».  Le rôle de ce bureau sera double : coordonner les initiatives des équipes multipartenaires et multidisciplinaires et animer une plateforme interactive avec la population. C’est de cette façon que nous ferons de Sherbrooke une véritable « Communauté intelligente » a annoncé Christine Ouellet.

Le candidat du Renouveau sherbrookois dans le district du Lac-des-Nations, Sylvain Raby, s’est réjoui de l’annonce et a rappelé la forte adhésion suscitée par la stratégie Well Inc. dans la population. « Je suis un amoureux du centre-ville, et ce, depuis fort longtemps.  Comme des dizaines de milliers de nos concitoyennes et concitoyens, j’ai d’abord vu le centre-ville se vider et péricliter, puis renaître progressivement grâce au travail exemplaire de monsieur Serge Paquin. Je peux difficilement vous dire à quel point je suis fier de m’associer au projet Well Inc. et de constater que les Sherbrookoises et les Sherbrookois de tous les arrondissements comprennent que le centre-ville est le cœur de la ville et soutiennent la stratégie Well Inc. » a précisé Sylvain Raby.

 

« Le projet du Bureau de la Communauté Intelligente que nous annonçons aujourd’hui s’ajoute à de nombreuses autres initiatives qui vont redéfinir le visage du centre-ville, notamment le projet du Consortium, mais aussi celui du Groupe Royer, du Gros Luxe, du pôle collégial en entrepreneuriat et celui que nous annonçons aujourd’hui.  Pour moi, c’est clair que CROIRE en Sherbrooke, c’est CROIRE au centre-ville et CROIRE en Well Inc. » a conclu le candidat du Renouveau Sherbrookois dans le district du Lac-des-Nations.

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 27 octobre 2017- C’est ce matin que le chef du Renouveau sherbrookois, Bernard Sévigny a dévoilé le projet de « corridor économique » entre Sherbrooke et Boston.

 «J’ai la conviction profonde que nous vivons une période de grands changements sur le plan des échanges économiques, mais aussi une période porteuse de belles opportunités sur le plan du commerce et des exportations.   En effet, l’entrée en vigueur, le mois dernier, de l'Accord économique et commercial global (AECG)  entre  le  Canada  et  l'Union  européenne  (UE)  place  la  ville  de  Sherbrooke  dans  une  position extraordinaire pour développer un corridor économique entre Sherbrooke et Boston.   À cet égard, il faut savoir qu’un sondage, réalisé en juin 2017 auprès de nos entreprises exportatrices montre qu’environ 200 entreprises  sherbrookoises  vendent  leurs  produits  et  services  aux  États-Unis,  tout  particulièrement  en Nouvelle-Angleterre » a expliqué Bernard Sévigny.

 Le chef du Renouveau sherbrookois a poursuivi en expliquant la nature du projet de corridor :

 «Notre projet consiste à construire un corridor de développement entre les villes de Sherbrooke et de Boston et à positionner notre ville comme territoire économique relais entre les 8 États du nord-est américain et l’Europe dans les créneaux d’excellence de Sherbrooke, tout particulièrement dans le secteur des sciences de la vie.  Notre objectif est double.  D’une part, nous voulons positionner Sherbrooke comme un entremetteur actif auprès des organisations et des entreprises de Boston dans le but de vendre Sherbrooke comme lieu de connexion entre les États-Unis et l’Europe.  Deuxièmement, nous allons chercher à faciliter l’accès au marché américain aux entreprises de Sherbrooke en soutenant les activités d’exploration et de développement des opportunités d’affaires.   Une première rencontre de validation tenue le 24 février dernier, avec divers partenaires publics et privés, nous permet de croire au potentiel d’un tel corridor » a précisé Bernard Sévigny.

 Le maire sortant a conclu ses explications en élaborant sur la stratégie de mise en place du corridor :

 

« La prochaine étape consistera à constituer un groupe de travail avec nos partenaires et à discuter d’une stratégie porteuse visant à créer un corridor économique entre Sherbrooke et Boston (Ville de Sherbrooke, Sherbrooke Innopole, Université de Sherbrooke, partenaires privés, etc.).   Si la première discussion permet d’identifier une opportunité, la réflexion sera étendue à nos partenaires de la région de Boston, notamment la délégation du Québec à Boston et le délégué commercial du Canada à Boston.  Il est clair que nous ne devons pas laisser passer cette opportunité, les 8 États du nord-est des États-Unis forment un marché de 36 millions de personnes, un marché de taille équivalente à celui du Canada dans son ensemble » a déclaré Bernard Sévigny.

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 25 octobre 2017- Accompagné du candidat du district de Rock Forest, Bruno Vachon et de la candidate du district du Carrefour, Nadia Choubane, le chef du Renouveau sherbrookois, Bernard Sévigny, a dévoilé le principal engagement de sa formation politique à l’égard des parcs industriels.

«Quand  nous avons obtenu une première fois la confiance de la population en novembre 2009, le parc industriel régional et le Technoparc de Sherbrooke ne disposaient plus que de 13 terrains industriels disponibles et aucun de ces terrains n’excédait 50 000 mètres carrés. Cette rareté des terrains en général et des grands terrains industriels en particulier posait un problème extrêmement important aux équipes de Sherbrooke Innopole et freinait notre développement. Nous avons donc procédé à la construction du prolongement du boulevard de Portland et à l’ouverture de la rue Robert-Boyd, ce qui nous a permis d’ouvrir 19 nouveaux terrains, qui s’ajoutaient au 13 restants, représentant 477 400 mètres carrés de terrains industriels de qualité, incluant 7 nouveaux grands terrains de 25 000 mètres carrés et plus. Cela dit, cette disponibilité des terrains industriels de qualité a suscité énormément d’intérêt.   En effet, en date d’aujourd’hui, il ne reste plus que 14 terrains disponibles incluant deux « grands terrains ».  Nous sommes donc dans une situation qui se compare à celle qui prévalait en 2009, si nous ne bougeons pas rapidement, notre parc atteindra son point de saturation, c’est un heureux problème, mais un problème tout de même » a expliqué Bernard Sévigny.

Le candidat du district de Rock Forest, Bruno Vachon, s’est félicité de la réaction des industriels :

« La réponse des industriels sherbrookois et des investisseurs de l’extérieur de Sherbrooke a été extrêmement éloquente, nous avons assisté à une véritable ruée sur nos terrains  En effet, en un peu moins de trois ans (entre 2015 et 2017), 19 de ces terrains ont été vendus ou font l’objet de négociations très sérieuses.  Nous avons donc été victimes de notre succès. Nous ne pouvons donc pas nous permettre d’attendre. Pour ces raisons, nous nous engageons à doter Sherbrooke d’un tout nouveau parc industriel régional. Nous serons ainsi en mesure de nous assurer que notre développement industriel maintienne la cadence qui est la sienne depuis quelques années pour être en mesure d’offrir des milliers  de bons emplois additionnels aux travailleurs et travailleuses de notre ville » a déclaré Bruno Vachon.

La candidate dans le district du Carrefour, Nadia Choubane,  s’est réjouie de l’annonce d’aujourd’hui :

« Vous comprendrez que je suis particulièrement heureuse de l’annonce d’aujourd’hui puisqu’elle concerne le parc industriel qui est situé dans mon district.  Personnellement, une des choses que je retiens de l’annonce d’aujourd’hui c’est que plus que jamais, on voit bien que Sherbrooke est une ville extrêmement attractive. Elle attire des étudiants et des étudiantes de partout dans le monde qui viennent fréquenter nos trois collèges et nos deux universités, elle attire aussi des retraités qui veulent jouir de notre qualité de vie et de la qualité de nos institutions de santé, mais aussi des nouveaux citoyens et citoyennes qui nous arrivent des quatre coins de la planète.  Cela nous le savions déjà, mais ce que l’on constate aujourd’hui, c’est que notre ville attire aussi des investisseurs qui vont nous permettre d’offrir de bons emplois et de retenir nos diplômés. Je pense que c’est clair pour tout le monde, notre ville est en marche, tout le monde veut contribuer à son développement et c’est pour ça qu’il est si facile de croire en Sherbrooke et de croire à son développement » a conclu Nadia Choubane.

Publié dans Articles

Accompagné des 4 candidats de l’arrondissement de Fleurimont, le chef du Renouveau sherbrookois, Bernard Sévigny, a dévoilé les principaux engagements de sa formation politique relativement au réseau des bibliothèques municipales.

«Comme vous le savez, la ville de Sherbrooke compte 5 bibliothèques sur son territoire.  L’objectif que nous poursuivons avec l’annonce d’aujourd’hui est d’élargir cet accès aux utilisateurs et utilisatrices qui n’ont pas nécessairement accès à une bibliothèque à proximité de leur domicile.  Par exemple, le futur arrondissement qui naîtra de la fusion de de Jacques-Cartier et du Mont-Bellevue bénéficiera de la présence sur son territoire de la bibliothèque Éva-Senécal. Pour leur part, les secteurs de Brompton, de Lennoxville, de Rock Forest et de Saint-Élie sont déjà tous desservis par leur propre bibliothèque » a rappelé Bernard Sévigny. 

Présente à la conférence de presse, la candidate du Renouveau sherbrookois dans le district de Desranleau, Danielle Berthold, a annoncé l’intention du RS de doter l’arrondissement de Fleurimont de son propre point de service :

« Quand on examine le déploiement de nos infrastructures culturelles sur le territoire, on constate que la desserte pourrait être bonifiée dans l’arrondissement de Fleurimont. C’est pourquoi je suis très fière d’annoncer aujourd’hui que nous nous engageons à doter l’arrondissement de Fleurimont d’un point de service rattaché à la bibliothèque Éva-Senécal. Il s’agit d’un dossier dans lequel je me suis investie personnellement dès le printemps 2017 et qui est aujourd’hui solidement documenté.  Nous consacrerons donc un million à l’acquisition, la construction ou la rénovation d’un bâtiment et un autre million à l’acquisition des collections.  La réalisation du projet sera conditionnelle à l’obtention de subventions du gouvernement du Québec à hauteur de 50% pour la construction et de 50% pour l’acquisition des collections.  Dans ces conditions, le déboursé pour la ville avoisinera 1 million $ » a déclaré Danielle Berthold.

Pour sa part, le candidat dans le district des Quatre-Saisons, Vincent Boutin a annoncé que sa formation politique s’engageait également à compléter la mise en réseau des 5 bibliothèques existantes :

« La bibliothèque Éva-Senécal ainsi que celles de Rock Forest et de Saint-Élie sont déjà en réseau, il ne nous reste qu’à compléter le travail en intégrant les bibliothèques de Brompton et de Lennoxville ainsi que le futur point de service de Fleurimont.  Outre l’intégration informatique et les avantages sur le plan administratif, cette mise en réseau facilitera aussi la vie de ceux et celles qui fréquentent nos bibliothèques. Ainsi, un citoyen ou une citoyenne pourra emprunter un livre à la bibliothèque de Fleurimont et le reporter à la bibliothèque de Brompton ou à celle de Rock Forest. Nous formons maintenant une ville unique qui ne comptera qu’un seul réseau de bibliothèques accessibles à tous les citoyens et à toutes les citoyennes.  CROIRE en Sherbrooke, c’est aussi croire au développement de notre réseau de bibliothèques » a conclu Vincent Boutin.    

Publié dans Articles

Accompagné du candidat dans le district d’Ascot, Robert Y. Pouliot et du candidat dans Lennoxville, François-René Montpetit, le chef du Renouveau sherbrookois Bernard Sévigny a dévoilé le principal engagement de sa formation politique relativement à l’entretien et à la réfection de nos infrastructures routières. Le chef du Renouveau sherbrookois a commencé par rappeler l’importance des efforts consentis au cours des 8 dernières années :

«La remise en état du réseau routier est une tâche colossale, de longue haleine. Entre 2005 et 2009, la Ville n’avait investi que 19,7 millions dans la réfection des chaussées, soit un effort inférieur à 5 millions annuellement.  Puis, dans le premier mandat du Renouveau sherbrookois, de 2009 et 2013, ce montant est passé à 31,5 millions, soit une augmentation de 60 %. À l’occasion de la campagne 2013, nous nous étions engagés à investir 40 millions dans le réseau routier, ce qui aurait constitué un effort de 25 % supérieur par rapport à ce qui avait été consenti dans le premier mandat.   Or, l’investissement réel qui a finalement été réalisé de 2013 et 2017 s’est révélé nettement plus important. En effet, ce sont 60 millions qui ont été injectés dans nos chaussées, près du double de ce qui a été investi dans le mandat précédent. Dans la seule année 2017, ce sont 137 chantiers que l’on retrouvaient sur le territoire de la ville de Sherbrooke » a rappelé Bernard Sévigny.

Le candidat du Renouveau sherbrookois dans le district d’Ascot, Robert Y. Pouliot a donc annoncé l’objectif poursuivi pour la période 2017-2021.

«En dépit du travail colossal déjà réalisé pour rehausser la qualité de notre réseau routier, nous nous engageons à poursuivre et à augmenter ces efforts déjà soutenus dans la réfection des infrastructures en investissant 70 millions au cours des 4 prochaines années dans le réseau routier.  Cet engagement se réalisera dans la mesure où la Ville pourra compter sur le même niveau de soutien financier de la part des paliers gouvernementaux supérieurs » a annoncé Robert Pouliot.

 Le candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans Lennoxville, François-René Montpetit, s’est réjoui des effets de l’annonce d’aujourd’hui sur les infrastructures du district de Lennoxville :

« Ces investissements extrêmement importants vont nous permettre de donner un coup de barre et de régler certains problèmes que nous avons à Lennoxville, je pense notamment à des rues comme Conley, Atto, Warren, Charles-Lennox et Samuel-Gratham  » a conclu François-René Montpetit.

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 13 septembre 2017- Accompagné des 8 candidates de son équipe, le chef du Renouveau sherbrookois, Bernard Sévigny, a dévoilé les principaux engagements de sa formation politique envers les Sherbrookoises.

«Au cours des dernières années, la Ville de Sherbrooke et son conseil municipal ont fait l’objet denombreuses représentations effectuées par des groupes de femmes, des revendications allant d’une augmentation de la sécurité dans certains secteurs, en passant par l’adoption d’une politique rédactionnelle non-sexiste, la promotion de l’entrepreneuriat au féminin et l’équité dans la représentation hommes/femmes au conseil municipal, pour ne citer que ces exemples » a rappelé Bernard Sévigny.

Pour sa part, la candidate du Renouveau sherbrookois dans le district de Deauville, Diane Délisle, a donc annoncé une première mesure, soit la tenue d’une vaste consultation :

« Pour nous, il est clair que l’heure est venue de faire le point sur la situation des Sherbrookoises qui forment la majorité de la population de notre ville et de nous interroger sur les divers aspects qui ont été soulevés au cours des dernières années. C’est pourquoi nous nous engageons à mener une vaste consultation qui culminera avec un forum qui dressera un portrait de la situation des femmes à Sherbrooke. Nous prendrons une année pour rencontrer les groupes de femmes et toutes les Sherbrookoises qui souhaiteront se faire entendre sur les questions qui les intéressent et les préoccupent» a annoncé Diane Délisle.

La candidate de l’Équipe Bernard Sévigny dans Brompton, Mélanie Lemay, a annoncé une mesure qui vient répondre à une revendication des groupes de femmes de Sherbrooke :

«En effet, nous annonçons aujourd’hui la mise sur pied d’une table de travail dont le mandat sera de mener à bien ce vaste chantier de consultation. Ladite table de travail sera enrichie d'une perspective intersectionnelle et aura notamment pour rôle d’assurer le suivi des recommandations qui émaneront du forum. Pour moi, c’est clair que CROIRE en Sherbrooke, c’est CROIRE à la contribution et au mieux-être des Sherbrookoises » a conclu Mélanie Lemay.

Publié dans Articles
jeudi, 12 octobre 2017 14:44

Bernard Sévigny CROIT en Sherbrooke!

Le maire de Sherbrooke et chef du Renouveau sherbrookois, monsieur Bernard Sévigny nous explique dans cette capsule vidéo pourquoi Sherbrooke est sur la bonne trajectoire pour aller encore plus loin. C'est certain, l'Équipe Bernard Sévigny a la détermination, la passion et la fierté pour amener Sherbrooke vers de nouveaux sommets. C'est ça CROIRE en Sherbrooke!

 
Publié dans Articles

Sherbrooke, le 10 octobre 2017- Accompagné de la candidate dans le district de l’Université, Nicole A. Gagnon et de la candidate dans le district du Pin-Solitaire, Mariette Fugère, le chef du Renouveau sherbrookois Bernard Sévigny a dévoilé les engagements de sa formation politique en matière de logement social et du financement des organismes communautaires.

« L’engagement que nous prenons ce matin est de doter la Ville de Sherbrooke d’une politique de logement social, et ce, dès 2018. Il faut se souvenir qu’en 2009, à l’occasion de notre première campagne électorale, nous nous étions engagés à donner un coup de barre majeur et à accélérer le rythme de nos investissements en logement social pour atteindre 100 unités par année, un engagement que nous avons réitéré en 2013 et que nous avons respecté pendant les 8 dernières années. Maintenant, tout en continuant à investir dans le logement social, nous devons nous questionner sur le déploiement de nos investissements sur le territoire de la ville, sur l’équilibre à trouver entre le logement social, le logement coopératif et le logement privé subventionné » a expliqué Bernard Sévigny.

«Je pense que l’annonce d’aujourd’hui traduit bien l’équilibre que nous cherchons à établir. D’une part, nous poursuivons l’effort sans précédent que nous avons entrepris en 2009 en continuant à investir dans le logement social. Mais nous sommes aussi à l’écoute des propriétaires d’immeubles locatifs qui nous rappelle un taux d’inoccupation élevé dans certains de leurs édifices.  D’autre part, nous voulons éviter de concentrer tous les logements sociaux dans les mêmes secteurs, ce qui contribue à la constitution de « ghettos »,  a rappelé Nicole A. Gagnon.

 Par ailleurs, le chef du Renouveau sherbrookois avait une bonne nouvelle à annoncer aux organismes communautaires de Sherbrooke.

« Vous vous souvenez qu’en 2013, l’enveloppe totale consacrée au soutien des organismes communautaires admis par la Ville était de 228 000 $. Notre équipe s’était alors engagée à bonifier de 10 % cette enveloppe à chaque année.  L’enveloppe consacrée aux organismes communautaires est donc passée de 250 000 $ en 2014 à 335 000 $ en 2017.  Aujourd’hui, nous engageons à maintenir ce niveau de bonification de 10% annuellement, ce qui va nous amener à 370 000 $ en 2018 pour atteindre un demi-million en 2021.  À terme, nous aurons donc plus que doublé le soutien au secteur communautaire» a annoncé Bernard Sévigny.

« Je pense que le geste que nous posons aujourd’hui de bonifier l’enveloppe des organismes communautaires reconnus par la Ville est extrêmement significatif.  Durant mes mandats précédents,  j’ai siégé à de nombreux conseils d’administration et j’ai agi comme présidente d’honneur à quelques reprises,  que ce soit à Caritas, à la Parolière, ou comme membre du CA de la Société d’arthrite, et depuis plusieurs années, à celui de l'archevêché. Bien que plusieurs de ces organisations n’œuvrent pas nécessairement dans des secteurs en lien avec les responsabilités municipales et ne sont pas concernées par l’annonce d’aujourd’hui, j’ai été aux premières loges pour constater à quel point les organismes communautaires sont des fabricants de miracles, et ce, au quotidien » a souligné Mariette Fugère.

« Rappelez-vous qu’en 2008, Sherbrooke recevait son accréditation VADA (Ville amie des aînés) par le gouvernement du Québec afin de travailler à l'amélioration des conditions  et des milieux de vie des aînés en partenariat avec les organismes du milieu.  Si nos organismes communautaires sont présents auprès de nos aînés, ils le sont également dans une multitude d’autres secteurs allant de l’itinérance à l’accompagnement des jeunes qui vivent des moments difficiles, en passant par l’accueil des Néo-Sherbrookois et la réinsertion en emploi. Il est clair dans l’esprit de la population que les organismes communautaires jouent un rôle crucial et contribuent au fait que Sherbrooke est un endroit où il fait bon vivre. CROIRE en Sherbrooke, c’est aussi CROIRE en ses organismes communautaires » a conclu Mariette Fugère.

Publié dans Articles

Le chef du Renouveau sherbrookois, Bernard Sévigny, a dévoilé les engagements de sa formation politique concernant la gestion des matières résiduelles dans le cadre d’une conférence de presse tenue devant l’écocentre Michel-Ledoux dans l’arrondissement de Fleurimont. Le chef du Renouveau sherbrookois était accompagné de la candidate dans le district du Golf, Christine Ouellet et de la candidate dans le district de l’Hôtel-Dieu, Geneviève Hébert.

 «À Sherbrooke, les écocentres font maintenant partie de la vie quotidienne des citoyens et des citoyennes qui les utilisent de manière régulière, ce qui permet de détourner de l’enfouissement des milliers de tonnes de matières résiduelles, et ce, chaque année. En 2016, ce sont 106 671 visiteurs qui ont franchi les portes des écocentres,  représentant 13 408 tonnes de matières récupérées. Selon les dernières données disponibles, 96 % des matières récupérées aux écocentres sont dirigées vers des récupérateurs et les centres de tri. Bref, il s’agit d’un véritable succès, mais qui génère d’heureux problèmes, notamment de congestion à certaines périodes de pointe. C’est pourquoi nous nous engageons à agrandir les deux écocentres existants afin d’en faciliter l’accès et d’y accueillir les milliers de visiteurs de manière plus rapide. Le coût de l’agrandissement des deux écocentres est évalué à 500 000$ pour chacun, il s’agit d’un engagement de 1M$ qui se réalisera au cours des 4 prochaines années. Croire en Sherbrooke, c’est aussi croire au développement de nos infrastructures » a soutenu Bernard Sévigny.

 La candidate du Renouveau sherbrookois dans le district du Golf et présidente du comité de l’environnement, Christine Ouellet a évoqué les défis à venir pour le réseau des écocentres sherbrookois dont celui de la gestion des matières résiduelles issues du secteur de la construction, rénovation et démolition (CRD).

 « Nous nous engageons aujourd’hui à réaliser une analyse de faisabilité et d’opportunité pour l’implantation d’un troisième écocentre à Sherbrooke qui pourrait être partiellement dédié au CRD.   Cet écocentre pourra, si l’analyse s’avère concluante, desservir également la clientèle résidentielle d’un secteur plus éloigné des écocentres actuels.  Notre objectif serait de travailler en collaboration avec le secteur privé, pas en concurrence avec celui-ci. La Ville de Lévis, par exemple, a établi un partenariat gagnant avec des entreprises privées du secteur »  a précisé Christine Ouellet.

 La candidate du Renouveau sherbrookois dans le district de l’Hôtel-Dieu, Geneviève Hébert, s’est réjouie de l’annonce faite aujourd’hui.

 « Je suis doublement heureuse de l’engagement de ce matin. D’une part nous annonçons un investissement municipal d’importance en plein cœur de Fleurimont et, d’autre part, nous nous attaquons à la question des déchets de construction.  Comme vous le savez peut-être, j’œuvre dans le domaine de la construction et pour chaque nouvelle maison que nous construisons, nous devons louer un et parfois deux conteneurs.  Par la suite, nous perdons la trace de ces matériaux qui sortent parfois de Sherbrooke et qui peuvent aussi être enfouis. Je trouve intéressant que l’on explore nos options, mais en partenariat avec le secteur privé » a conclu Geneviève Hébert

Publié dans Articles

Accompagné du président de la Société de transport de Sherbrooke et candidat du Renouveau sherbrookois dans le district de Rock Forest, Bruno Vachon et de la vice-présidente et candidate dans Desranleau, Danielle Berthold, le chef du Renouveau sherbrookois, Bernard Sévigny, a dévoilé une partie des engagements de sa formation politique à l’égard de la mobilité intelligente dans le cadre d’une conférence de presse tenue à la station de transfert de la (STS) située rue du Cégep.  

« L’amélioration du transport en commun et la mobilité intelligente sont des préoccupations de longue date pour nous. C’est pourquoi nous avons mobilisé l’ensemble de nos partenaires et adopté un plan très ambitieux, le plan de mobilité durable.  Nos objectifs sont élevés, mais notre vision est claire. Nous nous engageons à réorganiser la desserte de transport en commun à Sherbrooke, notamment en  introduisant les notions de transport intelligent, de transport à la demande, et ce, grâce à l’utilisation des nouvelles applications associées à l’utilisation des téléphones intelligents » a expliqué Bernard Sévigny.

La vice-présidente de la Société de transport de Sherbrooke, Danielle Berthold, a pour sa part souligné les importants défis auxquels fait face la STS :

« Nous sommes bien conscients que beaucoup de travail est nécessaire pour parvenir à offrir une desserte adéquate dans les secteurs périphériques de Sherbrooke. Je peux vous en parler, je représente un district situé à l’une des extrémités de la ville et je suis très sensible à cette question. Cependant, les extensions de service sont coûteuses, et ce, dans un contexte où la part municipale du financement du transport en commun n’a cessé de progresser pour atteindre maintenant près de 50%.  De plus, il n’y a plus d’argent additionnel disponible par le biais de la subvention pour l’amélioration du service.  Malgré cet état de fait, la STS est parvenue, en optimisant ses activités, à ajouter des services dans des secteurs de Rock Forest, de Fleurimont et dans une partie de l’actuel arrondissement du Mont-Bellevue. Toutefois, il est illusoire de croire que la seule optimisation des activités suffira à tout régler.  Heureusement, les progrès technologiques des dernières années vont nous permettre de réaliser des avancées impensables à envisager auparavant » a poursuivi Danielle Berthold.

C’est pourquoi il est nécessaire de changer de perspective et de revoir toute l’approche actuelle du transport en commun, a fait valoir Bruno Vachon, et ce, particulièrement dans les secteurs plus éloignés du centre.

« En introduisant le concept de « transport à la demande » dans les secteurs les plus éloignés, nous serons en mesure de dépêcher des autobus de taille plus modeste pour aller chercher les gens qui auront introduit une demande par le biais de notre système de planification. Une fois entrés dans le réseau, ces passagers seront rapidement ramenés vers le centre et pourront être transportés vers leur destination.    Le fait de ne pas faire circuler inutilement de gros autobus dans les secteurs plus éloignés nous permettra d’offrir en contrepartie des autobus à haut niveau de service dans les lieux identifiés comme étant de « grands générateurs de déplacement » comme par exemple le CIUSS de l’Estrie CHUS, le Carrefour de l’Estrie et l’Université de Sherbrooke.  Nous nous engageons donc à réorganiser le transport en commun à Sherbrooke en introduisant la notion de « transport à la demande » afin d’offrir une véritable desserte sur l’ensemble du territoire de notre ville » a conclu Bruno Vachon   

Publié dans Articles

Qui sommes-nous?

Le Renouveau sherbrookois a tenu son congrès de fondation le 7 juin 2008. Les membres présents ont adopté les statuts et règlements, comblé les sièges sur les instances du parti et ont choisi Bernard Sévigny à titre de chef intérimaire jusqu’au premier congrès d’orientation. Les membres ont convenu d’élaborer un projet de société répondant aux valeurs de leur communauté : le leadership, la transparence, la participation citoyenne, la responsabilité fiscale et le développement durable.

Nous joindre - Rencontrez l'équipe

Infolettre