suivez-nous

Actualités

Sherbrooke, le 6 décembre 2017 - Réunis hier soir dans l’arrondissement de Fleurimont, les membres du comité conseil du Renouveau sherbrookois ont pris acte de la démission de leur chef, Bernard Sévigny et ont choisi le conseiller du district des Quatre-Saisons et président de l’Arrondissement de Fleurimont, monsieur Vincent Boutin, pour lui succéder de façon intérimaire. Monsieur Boutin devient donc le second chef du Renouveau sherbrookois, dirigé par Bernard Sévigny depuis la fondation du parti le 7 juin 2008.

L’ex-maire de Sherbrooke quitte la direction du RS avec le sentiment du devoir accompli. « Ces neuf années et demie comme chef du RS, dont huit à titre de maire, ont été fécondes pour notre Ville. Nous n’avons qu’à penser au retour du hockey junior à Sherbrooke, aux 800 unités de logement social que nous avons réalisées, au large succès connu par les Jeux du Canada, la vision de développement du centre-ville et la stratégie Well Inc., au développement accéléré de notre nouveau parc industriel régional, au soutien accru que nous avons offert à nos organismes communautaires, à la réforme de la gouvernance que nous avons introduite, à la mise sur pied du Bureau de l’ombudsman et à des dizaines d’autres réalisations; celles-ci laisseront une marque indélébile sur l’histoire de notre ville. Bien entendu, j’aurais espéré un résultat différent le 5 novembre dernier et faire de Sherbrooke une véritable ville entrepreneuriale, mais la population s’est exprimée et il faut respecter son choix.

C’est pourquoi j’ai avisé les membres du comité conseil que je quittais mes fonctions de chef, de président et d’administrateur du Renouveau sherbrookois» a déclaré Bernard Sévigny. Rappelons, par ailleurs, que les statuts du Renouveau sherbrookois précisent qu’il est de la responsabilité du comité conseil de nommer un chef intérimaire quand il y a vacance à la présidence du parti, mais qu’il est du ressort de l’Assemblée générale des membres de nommer le nouveau chef (ou la nouvelle cheffe). Pour sa part, le nouveau chef intérimaire du RS, Vincent Boutin, s’est dit honoré de succéder au chef fondateur du RS.

« Bernard Sévigny a non seulement été mon chef, mais aussi mon mentor. C’est lui qui m’a fait confiance et m’a recruté à 24 ans pour que je défende les couleurs de la formation politique qu’il venait de fonder. Jamais je n’oublierai le rôle qu’il a joué dans ma carrière et dans ma vie. Cela dit, je pense que l’élection du 5 novembre a marqué la fin du premier cycle de l’existence de notre formation politique. Après près d’une décennie d’existence, les Sherbrookoises et Sherbrookois nous ont renvoyé à la table à dessin en nous demandant de leur proposer un nouveau projet politique, un projet qui sera porté par une nouvelle génération. C’est le défi que nous avons devant nous et c’est le défi que je souhaite relever avec l’aide, le soutien et l’appui de nos militantes et militants» a conclu Vincent Boutin.

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 1er novembre 2013 — C’est en présence de la plupart des candidats et candidates de son équipe que le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a dressé le bilan de la campagne électorale de sa formation politique et a rendu public son cadre financier, et ce, à l’occasion d’une conférence de presse tenue au local électoral de l’Équipe Bernard Sévigny, situé au 2759 rue King Ouest, dans l’arrondissement de Jacques-Cartier.

« Nous avons vécu une curieuse campagne et honnêtement une campagne tout à fait différente de celle pour laquelle nous nous étions préparés. Le profil inattendu des autres candidats à la mairie nous a amenés à réfléchir sur la campagne que nous devions mener. Devions-nous mener une campagne minimaliste, épargner nos ressources, éviter de prendre des engagements trop contraignants? Ce n’est pas la voie que nous avons décidé d’emprunter. Il n’y a eu aucune complaisance de notre côté, nous respectons trop les citoyens et citoyennes de Sherbrooke pour faire une campagne électorale sous le radar. Au contraire, nous avons mené une véritable campagne électorale, ne ménageant aucun effort pour convaincre les Sherbrookois et les Sherbrookoises de soutenir les candidats de notre équipe, et ce, que ce soit à la mairie ou dans chacun des 19 districts » a rappelé Bernard Sévigny.

Le maire de Sherbrooke a poursuivi en expliquant qu’il avait été à la rencontre des Sherbrookois et des Sherbrookoises.

« J’ai personnellement rencontré des milliers de citoyens et de citoyennes à l’occasion de multiples soirées de porte-à-porte, et cela, dans chacun des six arrondissements que compte notre ville. De plus, chacun de nos 19 candidats et candidates en a fait autant, ce qui fait en sorte que ce sont des dizaines de milliers de nos concitoyens qui ont été rencontrés par les hommes et les femmes de notre équipe. Par ailleurs, nous n’avons pas décidé de mener une campagne prudente et conservatrice, nous avons mené une campagne vigoureuse et audacieuse pendant laquelle nous avons dévoilé un programme complet, responsable, articulé et innovateur comptant plus d’une vingtaine d’engagements couvrant la grande majorité des secteurs d’activité municipale, du transport actif au développement économique en passant par le sport, la culture, le soutien au secteur communautaire, le développement du centre-ville, la sécurité publique, le logement social, le commerce de proximité, les infrastructures et la gouvernance. À cet égard, j’aimerais faire remarquer que la presque totalité de nos engagements semble avoir fait consensus puisque la plupart d’entre eux n’ont pas été critiqués, et ce, tant par nos adversaires que par les différents groupes qui étaient concernés par lesdites annonces » a souligné Bernard Sévigny.

Il est ensuite revenu sur l’engagement principal pris par sa formation politique.

 « Cela dit, il y a eu un engagement qui a suscité bien des discussions, je parle, vous vous en doutez bien, de notre projet de réduction du nombre d’élus et d’arrondissements. Là-dessus, je voudrais rappeler que nous avons toujours été très clairs. Après le rejet du rapport Paquin, j’ai dit publiquement que je déposerais un projet qui irait plus loin et que je le soumettrais aux citoyens et citoyennes de Sherbrooke et c’est ce que nous avons fait. Je suis très conscient que ce projet suscite de l’opposition dans certaines parties de notre ville et qu’il nous coûtera peut-être des appuis. Mais la question que nous devons nous poser est la suivante : faisons-nous de la politique pour avancer des idées novatrices susceptibles d’améliorer notre ville ou pour défendre le statu quo? Les hommes et les femmes qui se présentent sous notre bannière sont en politique pour faire avancer des idées, notamment la réduction de la taille de l’appareil politique et administratif de la ville de Sherbrooke. C’est une question de leadership et de vision : comment un conseil municipal composé d’élus qui refusent toute réduction de leur nombre peut demander ensuite aux services et aux employés municipaux de se serrer la ceinture? Cela pose un grave problème de crédibilité. Il vient un moment où il faut être capable de prêcher par l’exemple et ce moment est venu » a déclaré Bernard Sévigny.

Le maire de Sherbrooke a conclu sa dernière intervention de la présente campagne électorale en rappelant que notre ville est promise à un brillant avenir si nous avons, collectivement, la sagesse de faire les bons choix.

« Par ailleurs, je conclurais en revenant sur un autre de nos engagements qui me tient à cœur et je parle de la création de la richesse, du développement économique de notre ville et de la création d’emplois. Nous avons annoncé nos couleurs à cet égard, nous proposons de doter notre ville d’un incubateur technologique, de concentrer en un seul lieu tous les acteurs du développement économique afin de développer une meilleure synergie entre eux et de mieux soutenir le développement de l’économie sociale, de notre centre-ville et du commerce de proximité. Au cours des six dernières semaines, nous avons eu l’occasion d’expliquer clairement notre vision de l’avenir de Sherbrooke, d’expliquer la trajectoire de développement que nous entrevoyons pour notre ville. Bref, notre vision est claire et j’espère, de tout cœur qu’une majorité de Sherbrookois et de Sherbrookoises y adhéreront dimanche prochain » a conclu Bernard Sévigny.

Présent à la conférence de presse, le candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district du Centre-Sud, Serge Paquin, a pour sa part exposé le coût lié aux engagements de sa formation politique.

« Le maire a mentionné tantôt que nous avions rendu publique une plate-forme politique responsable, je pense que vous serez en mesure de confirmer la validité de cette affirmation en prenant connaissance des coûts de nos engagements. En effet, l’impact de nos propositions sur le budget d’opération de la ville est de 403 400 $ pour le budget 2014, 461 400 $ pour le budget 2015, 496 400 $ pour le budget 2016 et 537 400 $ pour le budget 2017. Or, je vous rappelle que le budget d’opération de la ville, en 2013, s’élevait à 265 274 550 $, en excluant celui d’Hydro-Sherbrooke. En assumant que nous disposions d’exactement le même budget en 2014, le poids relatif de nos engagements serait de l’ordre de 0,15 % » a expliqué le président du comité exécutif.

Serge Paquin a poursuivi en détaillant le coût des engagements en immobilisations de l’Équipe Bernard Sévigny.

« Au niveau des immobilisations maintenant, les investissements prévus sont de l’ordre de 3 640 000 $ en 2014, 5 425 000 $ en 2015, 2 650 000 $ en 2016 et 2 650 000 $ en 2017. Ces sommes couvrent les investissements additionnels prévus dans les trottoirs et les chaussées, le toit sur l’agora du Carré-Strathcona, la roulotte théâtrale, l’implantation du service 311, l’infrastructure d’assainissement dans l’ouest, les investissements dans le domaine public pour soutenir le commerce de proximité et les agoras dans les parcs. Ces sommes ne concernent toutefois pas les projets d’incubateur et de maison du développement économique que nous ne sommes pas en mesure de chiffrer à ce moment-ci. Au total, ce sont 14 365 000 $ que coûteront nos engagements en immobilisations sur quatre ans, dont huit millions au seul chapitre de la réfection des routes et trois millions pour l’infrastructure d’assainissement à Saint-Élie. À titre d’illustration, le budget d’immobilisation de la ville de Sherbrooke en 2013 s’élevait à 54 160 000 $. Si nous prenons ce chiffre comme base et que nous le mettons en relation avec nos investissements prévus en 2014, 3 640 000 $, le poids relatif de nos projets serait de l’ordre de 6,7 %.

Le président du comité exécutif de la ville de Sherbrooke a poursuivi en expliquant l’origine des sommes qui seront consacrées à ces projets.

« Il est donc clair pour moi que nous avons pris des engagements responsables, réalistes et qui respectent la capacité de payer de nos concitoyens et concitoyennes. En ce qui a trait au financement de ces mesures, somme toute modestes, c’est à partir des marges de manœuvre que nous dégagerons dans le cadre de la préparation des budgets 2014 à 2017 que nous affecterons les sommes nécessaires à la réalisation de nos engagements » a conclu Serge Paquin, candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district du Centre-Sud.

1541

conférence de presse du 1er novembre

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 25 octobre 2013 — C’est ce matin que le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a dévoilé ses principaux engagements en matière de développement économique, et ce, dans le cadre d’une conférence de presse tenue au local électoral de l’Équipe Bernard Sévigny au 2759 rue King Ouest dans l’arrondissement de Jacques-Cartier. À cette occasion, le maire était accompagné du candidat de sa formation politique dans le district de Rock Forest, Serge Audet, et du candidat dans le district de Marie-Rivier, Michel Quirion.

« Le développement économique, c’est la priorité de beaucoup de citoyens et c’est aussi la mienne, c’est pourquoi je suis très fier de vous annoncer ce matin une série de mesures et d’actions qui vont contribuer à dynamiser notre développement. Premièrement, nous proposons de doter notre ville d’une Maison du développement économique, un édifice au sein duquel nous concentrerons tous les acteurs de notre développement économique dans un même lieu, situé au centre-ville de Sherbrooke, tel que le centre-ville est délimité au schéma d’aménagement. Cette Maison abriterait à la fois Sherbrooke Innopole, Destination Sherbrooke et la Corporation de développement économique et communautaire (CDEC) et peut-être certains autres acteurs du développement économique de notre ville. Cette concentration de talents et de connaissances dans un même lieu devrait permettre de créer des synergies intéressantes et de dynamiser l’ensemble des acteurs qui œuvrent au développement économique de Sherbrooke. De plus, la présence d’un tel lieu dans notre centre-ville contribuera également à la relance de celui-ci » a expliqué Bernard Sévigny. 

Le maire de Sherbrooke en a également profité pour faire le point sur le dossier de l’incubateur technologique dont il souhaite doter la Ville de Sherbrooke.

« À l’occasion de la campagne électorale de 2009, notre formation politique avait déjà évoqué la nécessité de doter notre ville d’un incubateur technologique. Ce projet n’a pas avancé aussi vite que nous les souhaitions, il fallait notamment analyser avec soin la question de sa localisation. Cela dit, le projet est maintenant mûr, une somme de 165 000 $ a d’ailleurs été réservée à cette fin au budget 2012. Nous allons donc doter Sherbrooke d’un incubateur d’entreprises en développement qui sera également situé au centre-ville. Les tendances actuelles que l’on observe chez les jeunes entreprises en haute technologie vont toutes dans le même sens, les créateurs aiment travailler, vivre et créer dans le cœur des villes. C’est ce que les urbanistes anglo-saxons appellent le “Work, Live and Play”. Partout en Amérique du Nord et en Europe, ces entreprises naissent et se développent dans les centres-villes, c’est une tendance mondiale dans laquelle Sherbrooke s’inscrira également » a expliqué le maire de Sherbrooke.

Bernard Sévigny a poursuivi en précisant que le domaine de l’économie sociale ne serait pas oublié et qu’il s’engageait à bonifier de manière importante la contribution économique au budget de la Corporation de développement économique et communautaire de Sherbrooke (CDEC).

 « La CDEC est un outil précieux dans le domaine de l’économie sociale, cela dit notre contribution financière est demeurée relativement modeste et stable depuis fort longtemps puisque nous investissons 41 600 $ annuellement, soit 26 sous par citoyen. Nous faisons d’ailleurs partie des villes qui sont les moins engagées à cet égard parmi les villes comparables au Québec. Ce que nous proposons, c’est de bonifier cette aide, et ce, à hauteur de 15 % annuellement. Ainsi, notre contribution passerait à 48 000 $ en 2014, 55 000 $ en 2015, 63 000 $ en 2016 et 72 000 $ en 2017 » a déclaré Bernard Sévigny. 

Présent à la conférence de presse le candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district de Marie-Rivier, Michel Quirion, a souligné l’importance de l’engagement pris par sa formation politique :

« Ce qui me fait plaisir dans l’annonce d’aujourd’hui, c’est que nous approchons le développement économique décliné de façon large. On touche à l’entreprenariat, au développement technologique, mais aussi à l’économie sociale.   Nous avons vraiment développé une vision large et englobante du développement économique. Trop souvent, l’économie sociale et traitée comme l’enfant pauvre, on voit clairement avec l’annonce d’aujourd’hui que ce n’est pas notre vision des choses » a expliqué Michel Quirion.

 

Pour sa part, Serge Audet, candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district de Rock Forest est revenu sur le projet d’incubateur et de Centre de développement économique.

« Quand j’ai annoncé ma candidature sous la bannière de l’équipe du maire, le 27 mai dernier, certains d’entre vous se souviendront que j’ai dit la chose suivante : le maire et moi partageons les mêmes valeurs et les mêmes préoccupations, je suis un gars de développement économique, j’ai été actif dans le monde des affaires de Sherbrooke pendant près de trente ans, je me suis toujours impliqué dans le développement de ma ville et je sens bien que le développement économique est au cœur des préoccupations du maire et de son parti. Aujourd’hui, mon commentaire de mai dernier prend tout son sens, vous avez peut-être appris par les médias que Sherbrooke se classe maintenant 14e sur 107 villes canadiennes dans le classement des villes entrepreneuriales compilé par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante. Clairement, nous allons dans la bonne direction à Sherbrooke et nous allons continuer à aller de l’avant. Nous allons prendre nos jeunes talents issus de l’université et de nos institutions du savoir, nous allons les guider, les financer, les encadrer et les aider à démarrer leur entreprise. L’ère des commissaires industriels qui sillonnent le continent avec leurs petites valises et qui proposent des rabais de taxes de 25 ans est révolue. Aujourd’hui, nous vivons dans l’ère de l’économie du savoir et c’est la matière grise de nos jeunes qui va nous permettre de nous positionner et d’être des gagnants dans ce nouveau contexte » a déclaré Serge Audet, candidat de l’équipe Bernard Sévigny dans le district de Rock Forest.

Conférence de presse du 25 octobre

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 23 octobre 2013 — C’est ce matin que le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a dévoilé ses principaux engagements pour remettre à niveau les infrastructures routières de la Ville de Sherbrooke, et ce, dans le cadre d’une conférence de presse tenue au local électoral de l’Équipe Bernard Sévigny au 2759 rue King Ouest dans l’arrondissement de Jacques-Cartier. À cette occasion, le maire était accompagné du candidat de sa formation politique dans le district du Domaine-Howard, Guy Lefrançois, et de la candidate dans le district de Desranleau, Danielle Berthold.

« Pour ceux et celles qui étaient présents à l’occasion de la conférence de presse de lundi dernier, vous vous souvenez peut-être que j’avais mentionné qu’il passait rarement une semaine dans la vie d’un maire ou d’un conseiller municipal sans que nous entendions parler de sécurité et de vitesse dans les rues. Je peux vous dire la même chose concernant le sujet de notre conférence de presse d’aujourd’hui, soit la remise en état de notre réseau routier. Sans jeu de mots, je tiens quand même à vous préciser que nous avons fait du chemin à cet égard. En effet, entre 2005 et 2009, la Ville avait investi 19,7 millions dans la réfection des chaussées. Puis, sous notre administration, entre 2009 et 2013, ce chiffre est passé à 31, 5 millions, soit une augmentation de 60 %. Cela dit, c’est clair qu’il y a encore du travail à faire. C’est pourquoi j’annonce aujourd’hui que si la population nous accorde sa confiance, ce sont 40 millions que nous investirons dans notre réseau routier au cours de quatre prochaines années. Il s’agit d’une augmentation de 25 % par rapport aux efforts que nous consentons actuellement, et ce, dans la mesure où nous pouvons compter sur le même niveau de soutien financier de la part des paliers supérieurs. Ces investissements extrêmement importants vont nous permettre de donner un sérieux coup de barre et de régler certains problèmes, je pense notamment à des artères qui sont en piteux état, par exemple la partie du Boulevard Bourque située dans le secteur de Deauville » a souligné le maire de Sherbrooke.

Présent à la conférence de presse, le candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district du Domaine-Howard, Guy Lefrançois, a souligné l’importance de l’engagement pris par sa formation politique.

« Aujourd’hui, nous nous donnons des objectifs ambitieux, des objectifs qui vont certainement trouver une oreille attentive auprès des résidents de l’arrondissement de Jacques-Cartier et en particulier, de ceux du district du Domaine-Howard. Dans le secteur du Vieux-Nord, les infrastructures sont anciennes. Elles doivent donc être mises à jour, ce qui nécessite des interventions parfois longues et complexes. Je pense, par exemple, à la reconstruction de la rue de Montréal pour laquelle les travaux ont duré tout un été. D’autres artères sont en attente de travaux. Les citoyens m’ont fait part de leurs préoccupations, et ce, un partout dans le district. Or, notre engagement de ce matin signifie que l’on se donne les moyens de passer à l’action et de rehausser la qualité de notre réseau routier » a déclaré Guy Lefrançois, candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district du Domaine-Howard.

Présente à la conférence de presse la candidate de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district de Desranleau, Danielle Berthold, a évoqué les nombreuses problématiques reliées à l’état des chaussées dans l’arrondissement de Fleurimont en général et dans le district de Desranleau en particulier.

« Nous sommes exposés aux mêmes problèmes dans Desranleau, et ce, tout particulièrement au niveau de l’artère qui traverse le district d’ouest en est, à savoir la rue King Est. En effet, nous avons notre lot de difficultés entre le chemin Duplessis et la 18e avenue et entre la rue Allard et les limites de la ville. Les gens comprennent et apprécient le fait que nous investissions dans la mobilité durable et dans le transport actif, mais il reste une réalité incontournable à laquelle nous n’échappons pas, à savoir que la grande majorité des Sherbrookois et des Sherbrookoises utilisent la voiture, et ce, que ce soit pour aller travailler, faire leurs courses où aller se divertir. Dans ce contexte, les gens s’attendent à circuler sur des voies qui sont en bon état et sécuritaires » a conclu Danielle Berthold.

conférence de presse du 23 octobre

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 21 octobre 2013 — C’est ce matin que le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a dévoilé un de ses principaux engagements pour renforcer la sécurité routière et combattre les excès de vitesse, et ce, tout particulièrement dans les secteurs résidentiels. L’engagement en question a été rendu public dans le cadre d’une conférence de presse tenue devant le poste de police de Sherbrooke, situé au 575, rue Maurice-Houle dans l’arrondissement du Mont-Bellevue. À cette occasion, le maire était accompagné du candidat de sa formation politique dans le district de l’Université, Alain Lapointe, et du candidat dans le district des Quatre-Saisons, Vincent Boutin.

« Vous savez, il s’écoule rarement une semaine dans la vie d’un conseiller municipal ou d’un maire où nous n’entendons par parler de sécurité routière. Les excès de vitesse dans les secteurs résidentiels, les silencieux modifiés, les crissements de pneus, les radios exagérément bruyantes, ce sont des comportements qui nous sont régulièrement rapportés, que ce soit au conseil municipal, dans les arrondissements ou même dans le cadre d’échanges informels avec les citoyens et les citoyennes. Ce sont des phénomènes qui contribuent à diminuer le sentiment de sécurité des citoyens, la quiétude de nos quartiers et la qualité de vie des Sherbrookoises et des Sherbrookois en général » a expliqué Bernard Sévigny.

Le maire de Sherbrooke a poursuivi en rappelant que des actions avaient déjà été posées et en expliquant qu’il s’engageait à aller plus loin.

« Il y a deux ans, le conseil municipal a posé un premier geste en dotant notre ville d’une unité spécialisée, entièrement consacrée à la sécurité routière. Il s’agissait, à cette époque, d’un projet pilote d’un an. Les résultats ont été suffisamment probants pour que nous décidions de reconduire le projet pilote pour une autre année et que nous convertissions le poste d’officier attaché à cette unité en poste permanent. Nous proposons maintenant d’aller plus loin et de convertir l’ensemble de cette unité, actuellement composée de six policiers temporaires, en unité permanente. De plus, si les citoyens et citoyennes de Sherbrooke m’accordent leur confiance, je mandaterai le directeur du Service de police de Sherbrooke, monsieur Gaétan Labbé, afin qu’il dépose des propositions au conseil pour améliorer la couverture de cette unité les soirs et les week-ends. La sécurité routière, c’est un enjeu majeur pour les citoyens, et ce 24 heures par jour et 7 jours par semaine, nous devons trouver des moyens innovateurs d’améliorer la couverture policière à cet égard » a souligné le maire de Sherbrooke.

Présent à la conférence de presse, le candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district de l’Université, Alain Lapointe, s’est réjoui de l’engagement pris par sa formation politique.

« La sécurité routière, j’en entends parler dans quasiment tous les secteurs dans le cadre de mon porte-à-porte. Vous savez, le district de l’Université a changé depuis quelques années. Il y a maintenant beaucoup de jeunes familles dans le secteur et les gens sont très craintifs de laisser jouer leurs enfants devant leur propriété quand il y a des véhicules qui circulent à 60 ou 70 km/h devant chez eux. Je pense que l’annonce d’aujourd’hui est un pas dans la bonne direction afin de rassurer tout le monde et de sécuriser les citoyens et citoyennes du district de l’Université et de toute la ville de Sherbrooke » a expliqué Alain Lapointe.

Présent à la conférence de presse le candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district des Quatre-Saisons, Vincent Boutin, a abondé dans le même sens que son homologue du district de l’Université.

« J’ai beau être candidat à l’autre extrémité de la ville, j’entends exactement les mêmes choses dans mon porte-à-porte que ce qu’Alain vous disait tantôt. J’ai entendu ce type de témoignage et ce type de préoccupation partout dans mon district, mais tout particulièrement dans les secteurs de la rue des Pèlerins, des Jonquilles, des Quatre-Saisons et des Jardins-Fleuris. Je ne prétends pas que notre annonce d’aujourd’hui viendra régler tous les problèmes de vitesse dans tous les quartiers résidentiels de la ville, mais c’est un geste significatif que nous posons et un message clair que nous envoyons, nous prenons le problème au sérieux et nous voulons le régler » a conclu Vincent Boutin.

conférence de presse du 21 octobre

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 18 octobre 2013 — C’est ce matin que le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a dévoilé une série de mesures incitatives qui favoriseront l’implantation de nouveaux commerces et de nouveaux immeubles résidentiels au centre-ville de Sherbrooke, et ce, dans le cadre d’une conférence de presse tenue au Café Antiquarius, situé au 182 rue Wellington Nord. À cette occasion, le maire était accompagné du candidat dans le district du Centre-Sud, Serge Paquin.

« Une ville en santé a besoin d’un centre-ville vivant et dynamique. Les tendances modernes de l’urbanisation tendent à démontrer que la réoccupation des centres-villes constitue l’un des éléments les plus structurants qui soit en termes d’urbanisation. À ce jour, la ville de Sherbrooke n’utilise pas de critères liés à la densification urbaine dans son évaluation des projets. Il n’existe pas, à proprement parler, d’incitatifs formels pour encourager la construction de logements et de commerces dans les secteurs déjà urbanisés, mais dévitalisés » a expliqué le maire de Sherbrooke.

Bernard Sévigny a poursuivi en rappelant qu’il s’était engagé, à l’occasion du discours qu’il avait prononcé devant les chambres de commerce à mettre le centre-ville au cœur de ses priorités.

« Comme je l’ai dit devant les chambres de commerce au printemps dernier, la relance du centre-ville est un grand projet qui me tient à cœur. Notre centre-ville a connu une extraordinaire cure de jouvence depuis le milieu des années 1990, mais en dépit des efforts et des réussites des dernières années, sa relance est fragile et demande une attention de tous les instants. Notre volonté est de redéfinir et de restructurer l’endroit où est née notre ville, il y a un peu plus de deux siècles, au confluent des rivières Magog et Saint-François. Le centre-ville, c’est le berceau de notre grande communauté, c’est là que se trouve l’ADN de ce que nous sommes. Il ne s’agit pas de développer le centre-ville au détriment des secteurs de St-Élie, Fleurimont, Lennoxville ou Rock Forest, bien au contraire. Notre schéma d’aménagement est clair là-dessus. Une ville forte, en pleine croissance, doit avoir un centre-ville extrêmement vigoureux et un centre-ville vigoureux ne peut pas se passer du dynamisme des autres quartiers de la ville. C’est pourquoi nous proposons aujourd’hui de poser des gestes très importants et très structurants au cours des prochaines années, des gestes qui redonneront un nouveau souffle au cœur de Sherbrooke, un nouvel élan » a souligné le maire de Sherbrooke.

Le conseiller sortant du district du Centre-Sud, Serge Paquin, a enchaîné en évoquant certaines des mesures qui seraient mises en place. 

« Un des programmes que nous voulons introduire vise l’accès à la propriété au centre-ville. La mesure s’inspire de ce qui a été fait à Montréal avec Accès condo Montréal. Elle consisterait, pour la ville, à avancer au nouvel acquéreur d’une propriété située au centre-ville une somme équivalente à 10 % du prix d’achat. Lors de la revente de l’immeuble, la ville récupérerait 10 % du prix de vente. Le programme s’appliquerait non seulement aux constructions neuves, mais également aux immeubles existants, et ce, à la condition que l’acquéreur devienne propriétaire-occupant du bâtiment. Par ailleurs, les coopératives d’habitation seraient également admissibles à ce programme, mais avec une obligation de remboursement après 20 ans » a expliqué Serge Paquin.

Le président sortant du comité exécutif de la ville de Sherbrooke a poursuivi en dévoilant d’autres incitatifs favorisant la construction et la rénovation d’édifices au centre-ville.

« D’autres incitatifs seraient de nature fiscale, notamment des congés de taxes pour la construction, l’agrandissement, des rénovations majeures ou le recyclage d’immeubles résidentiels dans le secteur identifié au schéma d’aménagement comme étant le centre-ville de Sherbrooke. Ainsi, de tels immeubles feraient l’objet d’un rabais de taxes de 100 % pour les 3 premières années suivant la construction et de 50 % pour les 2 années subséquentes. Le programme s’appliquerait aux immeubles résidentiels en copropriété, aux immeubles locatifs et aux places d’affaires (bureaux et commerces). Par ailleurs, pour ce qui est des grands espaces à bureau de plus de 750 mètres carrés, le crédit de taxes s’appliquerait également, mais il serait étendu à toute la zone identifiée comme étant le Quartier Central au schéma d’aménagement, un secteur qui part du centre-ville et se rend jusqu’à la rue de Vimy vers l’ouest et jusqu’à la rue Murray vers l’est » a conclu Serge Paquin.

Publié dans Articles
Sherbrooke, le 16 octobre 2013 — C’est ce matin que le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a expliqué comment il entendait favoriser la relance du développement commercial et résidentiel dans le secteur ouest de la ville, et ce, dans le cadre d’une conférence de presse tenue à l’extrémité ouest du boulevard de Portland. À cette occasion, le maire était accompagné du candidat du RS dans le district des Châteaux-d’Eau, Bruno Vachon,
Publié dans Articles

Sherbrooke, le 9 octobre 2013 - C’est ce matin que le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a dévoilé les engagements de son équipe dans le domaine du soutien aux organismes sportifs, et ce, dans le cadre d’une conférence de presse tenue au Centre récréatif de Rock Forest, 5265 rue de Gaspé dans l’arrondissement de Rock Forest-Saint-Élie-Deauville. À cette occasion, le maire était accompagné du candidat du RS dans le district des Châteaux-d’Eau, Bruno Vachon et du candidat dans le district de l’Université, Alain Lapointe. 

« Le premier engagement que nous prenons ce matin, c’est celui de mieux soutenir nos organismes sportifs. La Ville de Sherbrooke a consenti des efforts colossaux pour se doter d’infrastructures sportives de niveau exceptionnel au cours des dernières années. Nous n’avons qu’à penser au Centre Multisports Roland-Dussault, au stade synthétique du Cégep, au centre de tennis qui nous accueille ce matin, à la réfection du Palais des Sports, au bassin de plongeon à l’Université de Sherbrooke, à la réfection du Stade Amédée-Roy et la liste est très longue. Cela dit, il y a une dimension qui a été un peu plus négligée, c’est celle du soutien aux organismes sportifs. Il est clair que les bénévoles qui œuvrent dans ce secteur sont essoufflés et que plusieurs organismes sont tenus à bout de bras par une poignée de personnes. Il est temps d’investir un peu moins dans le béton et un peu plus dans les gens. C’est pourquoi nous nous engageons à réorganiser la division des Sports à la ville de Sherbrooke pour l’orienter davantage vers le soutien des organisations sportives » a expliqué le maire de Sherbrooke.

Présent à la conférence de presse, le candidat du RS dans la Châteaux-d’Eau, Bruno Vachon, s’est réjoui de l’engagement pris par sa formation politique : « Quand le maire m’a demandé de prendre la présidence du comité des Sports en 2009, une de mes premières préoccupations était de rapprocher la division des Sports du milieu sportif. En 2010, la division a lancé un vaste exercice de réflexion et le constat qui s’est imposé était qu’il fallait rebrancher la division sur la communauté sportive de notre ville. Nous avons vécu différentes situations difficiles au cours des dernières années, on se rappelle de tout ce qui s’est passé à Hockey Sherbrooke dans le cadre des discussions qui ont mené à l’unification du Shermont et des Mineurs, mais nous avons fait face à toutes sortes de difficultés avec plusieurs organismes que nous avons dû soutenir par le biais de diverses interventions » a rappelé Bruno Vachon.

Le président sortant du comité des Sports a également tenu à rappeler l’engagement des bénévoles dans le domaine sportif et a expliqué comment il proposait de leur offrir davantage de soutien.

« Les gens sont pleins de bonne volonté, mais ce sont des bénévoles, certains sont à bout de souffle et on ne peut pas dire que notre complexité organisationnelle leur facilite la tâche. À l’heure actuelle, quand un organisme a un problème de disponibilité de parc, il doit s’adresser à un intervenant municipal, quand il a un problème de liquidités, il doit passer par un second intervenant et ainsi de suite. Ce que nous proposons ce matin, c’est de nous doter d’un modèle avec des répondants attitrés, chaque association aura un interlocuteur unique. Ainsi, ça ne sera plus aux bénévoles de s’ajuster à la complexité de l’organisation municipale, ce sera à la ville de s’ajuster aux besoins des organismes, c’est un changement de culture complet que nous proposons, un changement qui s’incarnera notamment par l’embauche d’une ressource supplémentaire, une ressource entièrement dédiée au soutien du milieu sportif sherbrookois » a expliqué Bruno Vachon.

Par ailleurs, le candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district de l’Université, Alain Lapointe, s’est personnellement engagé à travailler à rétablir les ponts entre l’Université de Sherbrooke et Excellence sportive Sherbrooke. 

« La chose la plus triste qui soit survenue dans le milieu du sport sherbrookois au cours des dernières années, c’est le départ de l’Université de Sherbrooke d’Excellence sportive Sherbrooke (ESS). Je ne vais pas épiloguer sur les événements du passé, vous le savez je suis une personne positive, une personne tournée vers l’avenir. Il est impossible de parler de sport d'excellence sans la participation de l'Université de Sherbrooke, c’est tout simplement impensable. Il faut pouvoir utiliser les remarquables infrastructures dont l’institution dispose avec l'héritage des Jeux du Canada. C’est pourquoi je m’engage aujourd’hui à agir à titre d’ambassadeur et, en collaboration et en partenariat avec Bruno, à ramener l’Université de Sherbrooke au sein d’ESS. J’appartiens à chacun de ces deux mondes, celui du sport d’élite et à la communauté universitaire, je pense que je suis extrêmement bien placé pour jouer un rôle de facilitateur et ramener l’Université à sa place, autour de la table du Conseil d’administration d’ESS” a expliqué Alain Lapointe, candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district de l’Université.

conférence de presse du 9 octobre

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 7 octobre 2013 - C’est ce matin que le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a dévoilé les engagements de la formation politique qu’il dirige dans le domaine du logement social et des coopératives d’habitation, et ce, dans le cadre d’une conférence de presse tenue au 1245, rue Courcelette dans l’arrondissement du Mont-Bellevue. À cette occasion, le maire était accompagné de la candidate du RS dans le district de la Croix-Lumineuse, Nicole A. Gagnon, du candidat dans le district d’Ascot, Robert Y. Pouliot et du candidat dans le district du Centre-Sud, Serge Paquin.

« Le premier engagement que nous prenons ce matin, c’est celui de continuer à investir dans le logement social et abordable, et ce, à hauteur de 100 unités par année. À cet égard, il faut se souvenir qu’historiquement, la Ville limitait sa participation financière à 25 à 30 unités annuellement. En 2009, à l’occasion de la campagne électorale, nous nous sommes engagés à donner un coup de barre majeur et à faire passer ce nombre à 100 unités par année, un engagement que nous avons respecté. Aujourd’hui, j’annonce que nous nous engageons à maintenir le rythme pour les 4 prochaines années et à financer 400 unités additionnelles entre 2014 et 2017. De plus, j’annonce aujourd’hui que si nous obtenons un mandat en ce sens des électeurs et électrices de Sherbrooke, notre administration mettra sur pied un “fonds de développement des coopératives d’habitation” dans laquelle la ville investirait 100 000 $ annuellement, une somme qui serait consacrée à la construction d’unités d’habitation au centre-ville » a annoncé le maire de Sherbrooke.

Présente à la conférence de presse, la candidate du RS dans la Croix-Lumineuse, Nicole A. Gagnon, s’est réjouie de l’engagement pris par sa formation politique : « Vous savez, j’ai passé mes 36 ans de carrière à la Régie du logement et je peux vous dire que c’est un immense soulagement pour des personnes qui peinent à se loger d’apprendre qu’elles vont enfin pouvoir avoir accès à un logement convenable, un logement qu’elles peuvent s’offrir. Au cours des dernières années, la Ville a réalisé de très beaux projets, des projets qui ont changé des vies et amélioré le sort de centaines de personnes. »

Madame Gagnon a poursuivi en rappelant les nombreux projets réalisés dans le district de la Croix-Lumineuse où elle est candidate :« Juste ici dans notre district, je peux vous parler de la reconversion de l’ex-usine Jack Spratt, actuellement en cours, un projet de 48 nouvelles unités qui va contribuer à revitaliser ce secteur. Je pense aussi au très beau projet de reconversion de l’église Saint-Joseph, qui a été rénovée et transformée en édifice de 16 logements. Ce sont de très belles réalisations, des projets qui améliorent considérablement la qualité de vie des gens qui y habitent » a déclaré Nicole A. Gagnon.

Par ailleurs, le candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district d’Ascot, Robert Pouliot, président sortant de l’Office municipal d’habitation de Sherbrooke (OMH) a tenu à souligner l’importance de l’annonce d’aujourd’hui : « Pour ceux et celles qui l’ignoreraient, je vous rappelle les règles qui prévalent à l’Office Municipal d’Habitation, à savoir que les locataires ne doivent pas consacrer plus de 25 % de leur revenu pour le logement, et ce, incluant l’électricité et le chauffage. Vous savez, les coûts du logement ont augmenté de manière significative à Sherbrooke au cours des dernières années et il y a certaines clientèles que le secteur privé ne parvient pas à desservir, ce sont ces clientèles dont nous nous occupons de manière prioritaire. Si la population nous accorde sa confiance le 3 novembre prochain, nous consacrerons quatre années additionnelles à réaliser des projets structurants, des projets comme la coopérative la Diligence dans l’arrondissement de Brompton ou le projet de 68 unités sur la rue Bowen Sud. En substance, ce que le maire annonce aujourd’hui, ce n’est pas un investissement dans le béton, c’est un investissement dans la qualité de vie de nos concitoyens et concitoyennes à travers des projets qui revitalisent et redynamisent également certains secteurs de la Ville qui en ont davantage besoin » a expliqué Robert Pouliot, candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district d’Ascot.

De son côté, Serge Paquin, conseiller sortant du district du Centre-Sud et candidat de l’Équipe Bernard Sévigny, a commenté la mise sur pied du fonds de développement des coopératives d’habitation proposé par sa formation politique.

« Le modèle des coopératives d’habitation est un modèle qui fonctionne très bien et nous soutenons le développement des coopératives d’habitation sur territoire de la ville de Sherbrooke comme nous soutenons les projets de l’Office Municipal d’Habitation. Cela dit, ce n’est pas le seul objectif que nous poursuivons par le biais de cette mesure. Nous cherchons également à amener de nouveaux résidents au centre-ville, à le densifier. En effet, pour avoir un centre-ville en santé, nous avons besoin que des gens fassent le choix d’y vivre, viennent y travailler et s’y divertir, c’est pourquoi la mesure que nous proposons aujourd’hui vise spécifiquement les coopératives d’habitation qui s’installeront au centre-ville de Sherbrooke » a expliqué Serge Paquin.

Conférence de presse du 7 octobre

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 2 octobre 2013 - C’est ce matin que le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a dévoilé les orientations de la formation politique qu’il dirige dans le domaine du soutien aux organismes communautaires, et ce, dans le cadre d’une conférence de presse tenue en face de la bâtisse de Moisson Estrie, rue Daniel. Le maire était accompagné du candidat du RS dans le district de Saint-Élie, Alexandre Blanchette, et du candidat dans le district du Domaine-Howard, Guy Lefrançois.

« L’engagement que nous prenons ce matin, c’est celui de mieux soutenir les organismes communautaires. En 2013, l’enveloppe totale consacrée au soutien des organismes communautaires admis par la Ville était de 228 000 $. Aujourd’hui, nous nous engageons à bonifier cette somme de 10 % à chaque année, et ce, pour chacune des 4 années d’un prochain mandat. Ainsi, si la population nous accorde sa confiance, l’enveloppe consacrée aux organismes communautaires passerait à 250 000 $ en 2014, à 276 000 $ en 2015, à 303 000 en 2016 pour finalement atteindre 335 000 $ en 2017. Au total, nous aurons augmenté leur financement de pratiquement 50 % au cours du mandat » a déclaré Bernard Sévigny.

Présent à la conférence de presse, le candidat du RS dans le district de Saint-Élie, Alexandre Blanchette, s’est réjoui de l’engagement de sa formation politique : « Les organismes communautaires sont des fabricants de miracles, et ce, au quotidien. Que ce soit dans le domaine de l’itinérance, du soutien aux aînés, dans l’accompagnement des jeunes, au niveau de l’accueil des néo-Sherbrookois ou même en employabilité, les organismes communautaires jouent un rôle crucial et contribuent au fait que Sherbrooke soit un endroit où il fait bon vivre, et ce, sans égard au fait que l’on soit riche ou pauvre, jeune ou vieux, nouvel arrivant ou Sherbrookois de la sixième génération. Aujourd’hui, je pense que nous posons un geste significatif, un geste qui démontre que nous considérons les organismes communautaires admis comme des partenaires, des alliés dans le développement de notre ville. Par ailleurs, en plus de leur donner un peu d’air, nous allons également leur permettre de réaliser plus de projets et davantage d’actions concrètes dans notre communauté. De plus, nous allons contribuer à pérenniser ses organismes, à les rendre plus vivants et à dynamiser leur vie démocratique » a déclaré Alexandre Blanchette.

Par ailleurs, le candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district du Domaine-Howard, Guy Lefrançois, a tenu à illustrer concrètement ce que voulait dire l’engagement pris par la formation politique dont il est le vice-président.

« Comme certains d’entre vous le savent, j'ai collaboré à la mise sur pied de la clinique juridique Juripop de l'Estrie et j'ai présidé son conseil d'administration au cours de la dernière année. Juripop, c'est un organisme communautaire qui procure un soutien juridique aux personnes incapables de s'offrir les services d'un professionnel du droit aux tarifs du marché. Honnêtement, je dois dire que le soutien et la reconnaissance de la Ville de Sherbrooke ont été essentiels au succès d'un organisme en démarrage comme le nôtre. En nous accordant le statut d’organisme reconnu, la Ville nous a offert à la fois, une aide financière, l’accès gratuit à des locaux et de nombreux autres avantages. La nouvelle d’aujourd’hui permettra à plus d'organismes communautaires de bénéficier de cet appui de la Ville de manière à ce qu'ils puissent croître et offrir davantage de services aux citoyens et aux citoyennes de Sherbrooke et, croyez-moi, les besoins sont grands » a expliqué Guy Lefrançois, candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district du Domaine-Howard.

Conférence de presse du 2 octobre

Publié dans Articles
Page 1 sur 2

Qui sommes-nous?

Le Renouveau sherbrookois a tenu son congrès de fondation le 7 juin 2008. Les membres présents ont adopté les statuts et règlements, comblé les sièges sur les instances du parti et ont choisi Bernard Sévigny à titre de chef intérimaire jusqu’au premier congrès d’orientation. Les membres ont convenu d’élaborer un projet de société répondant aux valeurs de leur communauté : le leadership, la transparence, la participation citoyenne, la responsabilité fiscale et le développement durable.

Nous joindre - Rencontrez l'équipe

Infolettre