suivez-nous

Actualités

Sherbrooke, le 6 décembre 2017 - Réunis hier soir dans l’arrondissement de Fleurimont, les membres du comité conseil du Renouveau sherbrookois ont pris acte de la démission de leur chef, Bernard Sévigny et ont choisi le conseiller du district des Quatre-Saisons et président de l’Arrondissement de Fleurimont, monsieur Vincent Boutin, pour lui succéder de façon intérimaire. Monsieur Boutin devient donc le second chef du Renouveau sherbrookois, dirigé par Bernard Sévigny depuis la fondation du parti le 7 juin 2008.

L’ex-maire de Sherbrooke quitte la direction du RS avec le sentiment du devoir accompli. « Ces neuf années et demie comme chef du RS, dont huit à titre de maire, ont été fécondes pour notre Ville. Nous n’avons qu’à penser au retour du hockey junior à Sherbrooke, aux 800 unités de logement social que nous avons réalisées, au large succès connu par les Jeux du Canada, la vision de développement du centre-ville et la stratégie Well Inc., au développement accéléré de notre nouveau parc industriel régional, au soutien accru que nous avons offert à nos organismes communautaires, à la réforme de la gouvernance que nous avons introduite, à la mise sur pied du Bureau de l’ombudsman et à des dizaines d’autres réalisations; celles-ci laisseront une marque indélébile sur l’histoire de notre ville. Bien entendu, j’aurais espéré un résultat différent le 5 novembre dernier et faire de Sherbrooke une véritable ville entrepreneuriale, mais la population s’est exprimée et il faut respecter son choix.

C’est pourquoi j’ai avisé les membres du comité conseil que je quittais mes fonctions de chef, de président et d’administrateur du Renouveau sherbrookois» a déclaré Bernard Sévigny. Rappelons, par ailleurs, que les statuts du Renouveau sherbrookois précisent qu’il est de la responsabilité du comité conseil de nommer un chef intérimaire quand il y a vacance à la présidence du parti, mais qu’il est du ressort de l’Assemblée générale des membres de nommer le nouveau chef (ou la nouvelle cheffe). Pour sa part, le nouveau chef intérimaire du RS, Vincent Boutin, s’est dit honoré de succéder au chef fondateur du RS.

« Bernard Sévigny a non seulement été mon chef, mais aussi mon mentor. C’est lui qui m’a fait confiance et m’a recruté à 24 ans pour que je défende les couleurs de la formation politique qu’il venait de fonder. Jamais je n’oublierai le rôle qu’il a joué dans ma carrière et dans ma vie. Cela dit, je pense que l’élection du 5 novembre a marqué la fin du premier cycle de l’existence de notre formation politique. Après près d’une décennie d’existence, les Sherbrookoises et Sherbrookois nous ont renvoyé à la table à dessin en nous demandant de leur proposer un nouveau projet politique, un projet qui sera porté par une nouvelle génération. C’est le défi que nous avons devant nous et c’est le défi que je souhaite relever avec l’aide, le soutien et l’appui de nos militantes et militants» a conclu Vincent Boutin.

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 13 septembre 2017- Accompagné des 8 candidates de son équipe, le chef du Renouveau sherbrookois, Bernard Sévigny, a dévoilé les principaux engagements de sa formation politique envers les Sherbrookoises.

«Au cours des dernières années, la Ville de Sherbrooke et son conseil municipal ont fait l’objet denombreuses représentations effectuées par des groupes de femmes, des revendications allant d’une augmentation de la sécurité dans certains secteurs, en passant par l’adoption d’une politique rédactionnelle non-sexiste, la promotion de l’entrepreneuriat au féminin et l’équité dans la représentation hommes/femmes au conseil municipal, pour ne citer que ces exemples » a rappelé Bernard Sévigny.

Pour sa part, la candidate du Renouveau sherbrookois dans le district de Deauville, Diane Délisle, a donc annoncé une première mesure, soit la tenue d’une vaste consultation :

« Pour nous, il est clair que l’heure est venue de faire le point sur la situation des Sherbrookoises qui forment la majorité de la population de notre ville et de nous interroger sur les divers aspects qui ont été soulevés au cours des dernières années. C’est pourquoi nous nous engageons à mener une vaste consultation qui culminera avec un forum qui dressera un portrait de la situation des femmes à Sherbrooke. Nous prendrons une année pour rencontrer les groupes de femmes et toutes les Sherbrookoises qui souhaiteront se faire entendre sur les questions qui les intéressent et les préoccupent» a annoncé Diane Délisle.

La candidate de l’Équipe Bernard Sévigny dans Brompton, Mélanie Lemay, a annoncé une mesure qui vient répondre à une revendication des groupes de femmes de Sherbrooke :

«En effet, nous annonçons aujourd’hui la mise sur pied d’une table de travail dont le mandat sera de mener à bien ce vaste chantier de consultation. Ladite table de travail sera enrichie d'une perspective intersectionnelle et aura notamment pour rôle d’assurer le suivi des recommandations qui émaneront du forum. Pour moi, c’est clair que CROIRE en Sherbrooke, c’est CROIRE à la contribution et au mieux-être des Sherbrookoises » a conclu Mélanie Lemay.

Publié dans Articles

Sherbrooke, 21 septembre 2017 - Ça y est, nous plongeons officiellement dans la course ! Plus d’une centaine de personnes se sont réunis mercredi soir dernier au Caffuccino de la rue King Ouest, afin de participer au coup d’envoi d’une campagne qui s’annonce des plus prometteuse. D’entrée de jeu, le chef du Renouveau sherbrookois, M. Bernard Sévigny, a abordé l’enjeu qui est au cœur de l’engagement politique de toute l’équipe, le développement économique :

« Vous le savez, Sherbrooke est en pleine mutation, en pleine transformation. La transition d’une ville industrielle et de service à une ville innovante, une ville du savoir, une ville gagnante et ouverte sur le monde est déjà entreprise. L’impulsion a été donnée, nous avons à nous projeter davantage dans le 21e siècle, à nous positionner et à devenir la ville de la croissance au Québec », a-t-il souligné.

Ainsi, M. Sévigny vous invite à vous engager avec lui et toute l’équipe dans la création d’entreprises et d’emplois de qualité, « afin de garder nos jeunes chez nous » et au bénéfice de « notre monde ». Il insiste sur le fait que des gestes audacieux, mais bien calculés devront être posés pour faire de Sherbrooke « la capitale de la création de la richesse ». Alors que de nombreuses ressources devront être mobilisées pour y arriver, M. Sévigny assure que ce sera « toujours dans le plus grand respect des contribuables ».

Le chef du Renouveau sherbrookois a également présenté formellement les 8 candidates et 6 candidats qui arpenteront les rues à votre rencontre au cours des prochaines semaines. Jamais dans son histoire, l’Équipe Bernard Sévigny aura proposé une brochette de candidatures aussi expérimentée, avec sept conseillers et conseillères sortants, soit M. Robert Pouliot, Mme Diane Délisle, M. Bruno Vachon, Mme Christine Ouellet, M. Vincent Boutin, Mme Nicole A. Gagnon et Mme Danielle Berthold, ainsi qu’une ex-conseillère municipale effectuant un retour, Mme Mariette Fugère. De plus, deux candidatures ayant déjà brigué les suffrages se joignent de nouveau à l’équipe, soit M. Sébastien Aubé et Mme Mélanie Lemay, tandis que Mme Nadia Mme Choubane, Mme Geneviève Hébert, M. François-René Montpetit et M. Sylvain Raby font leur entrée en politique municipale.

« Nous avons une équipe majoritairement féminine, une première dans l’histoire de notre formation politique et un beau mélange de jeunesse et d’expérience avec des élu-e-s sortant-e-s, mais aussi des jeunes qui en sont à leurs premières armes. Notre équipe est solide et expérimentée, elle incarne à la fois la diversité, la compétence et l’engagement. Cela dit, le principal engagement que nous prenons, ensemble, ce soir, que nous allons diffuser lors du porte-à-porte, sur toutes les tribunes, c’est de CROIRE en Sherbrooke, CROIRE en notre capacité de nous développer, CROIRE en notre potentiel, CROIRE en notre savoir, CROIRE en nos jeunes, CROIRE en nous! », a conclu Bernard Sévigny.

Publié dans Articles
mercredi, 20 septembre 2017 12:45

Merci Louisda Brochu !

Tel qu’il l’avait annoncé le 22 novembre dernier, M. Louisda Brochu quittera la vie politique à la fin du présent mandat. À l’occasion de la séance du conseil municipal de lundi dernier, il s’est exprimé avec émotion rappelant les grands moments de son engagement politique des 20 dernières années.

Monsieur Brochu a débuté sa carrière politique en 1997, au sein de l’ancienne Ville de Fleurimont. Par la suite, il est devenu membre du comité exécutif de la nouvelle Ville de Sherbrooke, et ce, jusqu’en 2005. Entre 2005 et 2009, on lui confie la présidence du comité consultatif d’urbanisme (CCU). À partir de 2011, il participe activement à la création de Commerce Sherbrooke, un organisme paramunicipal dont la mission est d’encadrer et de stimuler le développement commercial sur l’ensemble du territoire de la ville.

En 2013, M. Brochu joint les rangs du Renouveau sherbrookois, dont il partage les priorités, notamment le projet de réforme de la gouvernance auquel il avait personnellement contribué. En plus d’occuper la présidence de Commerce Sherbrooke, il est reconduit dans ses fonctions de président du conseil d’arrondissement de Fleurimont, fonction qu’il occupe depuis 2005.

Toute l’équipe du Renouveau sherbrookois tient à remercier chaleureusement M. Brochu pour son engagement indéfectible envers les citoyens et citoyennes de Sherbrooke. Le vent de dynamisme qui traverse notre ville n’est pas étranger aux efforts de cet homme fidèle à ses convictions et profondément enraciné dans notre communauté.

Publié dans Articles

 

La ville ne finit plus de recevoir des éloges.

Un autre prix fut décerné à la ville de Sherbrooke le 19 octobre dernier, après avoir atteint la 5e position dans le palmarès des meilleures villes canadiennes pour l’entrepreneuriat, c’est le prestigieux prix Vectora qui fut décerné à notre municipalité. Le trophée Vectora est un prix décerné par l’Association de géomatique municipale du Québec. La géomatique est une discipline qui consiste à collecter, traiter et diffuser des données géographiques. La Section de la géomatique produit aussi des cartes interactives afin que les citoyens puissent avoir accès à plusieurs renseignements sur leur ville. C’est un élément important des services publics qui permet à la population de mieux comprendre les questions d’ordre géographique.

Un prix mérité

Yves Vermette, directeur général de la Ville de Sherbrooke, n’avait que des bons mots pour la Section de la géomatique : « L’obtention de cette importante reconnaissance est pleinement méritée et ils peuvent en être très fiers. Leurs actions passent trop souvent inaperçues et sont essentielles à la vie municipale, tant pour nos services municipaux que pour les citoyens ».

La géomatique, une nécessité pour les villes du 21e siècles

La Section de la géomatique sherbrookoise est aussi connue pour la création de GoCité, le premier outil de gestion pour les infrastructures municipales du Québec. Cet outil est maintenant utilisé par pas moins de 19 villes et MRC. Cet outil comprend entre autres une base de données permettant au différent corps de métier de la ville d’avoir accès à des informations importantes. Par exemple, les pompiers peuvent, grâce à GoCité, avoir accès aux différentes perspectives d’un bâtiment qui serait la proie des flammes bien extérieure qu’intérieur ce qui les aides à mieux préparer leurs interventions. Bref, on ne finit plus d’avoir d’éloges pour la ville de Sherbrooke!

http://www.agmq.qc.ca

Crédit Photo : Jobboom.com

 

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 1er novembre 2013 — C’est en présence de la plupart des candidats et candidates de son équipe que le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a dressé le bilan de la campagne électorale de sa formation politique et a rendu public son cadre financier, et ce, à l’occasion d’une conférence de presse tenue au local électoral de l’Équipe Bernard Sévigny, situé au 2759 rue King Ouest, dans l’arrondissement de Jacques-Cartier.

« Nous avons vécu une curieuse campagne et honnêtement une campagne tout à fait différente de celle pour laquelle nous nous étions préparés. Le profil inattendu des autres candidats à la mairie nous a amenés à réfléchir sur la campagne que nous devions mener. Devions-nous mener une campagne minimaliste, épargner nos ressources, éviter de prendre des engagements trop contraignants? Ce n’est pas la voie que nous avons décidé d’emprunter. Il n’y a eu aucune complaisance de notre côté, nous respectons trop les citoyens et citoyennes de Sherbrooke pour faire une campagne électorale sous le radar. Au contraire, nous avons mené une véritable campagne électorale, ne ménageant aucun effort pour convaincre les Sherbrookois et les Sherbrookoises de soutenir les candidats de notre équipe, et ce, que ce soit à la mairie ou dans chacun des 19 districts » a rappelé Bernard Sévigny.

Le maire de Sherbrooke a poursuivi en expliquant qu’il avait été à la rencontre des Sherbrookois et des Sherbrookoises.

« J’ai personnellement rencontré des milliers de citoyens et de citoyennes à l’occasion de multiples soirées de porte-à-porte, et cela, dans chacun des six arrondissements que compte notre ville. De plus, chacun de nos 19 candidats et candidates en a fait autant, ce qui fait en sorte que ce sont des dizaines de milliers de nos concitoyens qui ont été rencontrés par les hommes et les femmes de notre équipe. Par ailleurs, nous n’avons pas décidé de mener une campagne prudente et conservatrice, nous avons mené une campagne vigoureuse et audacieuse pendant laquelle nous avons dévoilé un programme complet, responsable, articulé et innovateur comptant plus d’une vingtaine d’engagements couvrant la grande majorité des secteurs d’activité municipale, du transport actif au développement économique en passant par le sport, la culture, le soutien au secteur communautaire, le développement du centre-ville, la sécurité publique, le logement social, le commerce de proximité, les infrastructures et la gouvernance. À cet égard, j’aimerais faire remarquer que la presque totalité de nos engagements semble avoir fait consensus puisque la plupart d’entre eux n’ont pas été critiqués, et ce, tant par nos adversaires que par les différents groupes qui étaient concernés par lesdites annonces » a souligné Bernard Sévigny.

Il est ensuite revenu sur l’engagement principal pris par sa formation politique.

 « Cela dit, il y a eu un engagement qui a suscité bien des discussions, je parle, vous vous en doutez bien, de notre projet de réduction du nombre d’élus et d’arrondissements. Là-dessus, je voudrais rappeler que nous avons toujours été très clairs. Après le rejet du rapport Paquin, j’ai dit publiquement que je déposerais un projet qui irait plus loin et que je le soumettrais aux citoyens et citoyennes de Sherbrooke et c’est ce que nous avons fait. Je suis très conscient que ce projet suscite de l’opposition dans certaines parties de notre ville et qu’il nous coûtera peut-être des appuis. Mais la question que nous devons nous poser est la suivante : faisons-nous de la politique pour avancer des idées novatrices susceptibles d’améliorer notre ville ou pour défendre le statu quo? Les hommes et les femmes qui se présentent sous notre bannière sont en politique pour faire avancer des idées, notamment la réduction de la taille de l’appareil politique et administratif de la ville de Sherbrooke. C’est une question de leadership et de vision : comment un conseil municipal composé d’élus qui refusent toute réduction de leur nombre peut demander ensuite aux services et aux employés municipaux de se serrer la ceinture? Cela pose un grave problème de crédibilité. Il vient un moment où il faut être capable de prêcher par l’exemple et ce moment est venu » a déclaré Bernard Sévigny.

Le maire de Sherbrooke a conclu sa dernière intervention de la présente campagne électorale en rappelant que notre ville est promise à un brillant avenir si nous avons, collectivement, la sagesse de faire les bons choix.

« Par ailleurs, je conclurais en revenant sur un autre de nos engagements qui me tient à cœur et je parle de la création de la richesse, du développement économique de notre ville et de la création d’emplois. Nous avons annoncé nos couleurs à cet égard, nous proposons de doter notre ville d’un incubateur technologique, de concentrer en un seul lieu tous les acteurs du développement économique afin de développer une meilleure synergie entre eux et de mieux soutenir le développement de l’économie sociale, de notre centre-ville et du commerce de proximité. Au cours des six dernières semaines, nous avons eu l’occasion d’expliquer clairement notre vision de l’avenir de Sherbrooke, d’expliquer la trajectoire de développement que nous entrevoyons pour notre ville. Bref, notre vision est claire et j’espère, de tout cœur qu’une majorité de Sherbrookois et de Sherbrookoises y adhéreront dimanche prochain » a conclu Bernard Sévigny.

Présent à la conférence de presse, le candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district du Centre-Sud, Serge Paquin, a pour sa part exposé le coût lié aux engagements de sa formation politique.

« Le maire a mentionné tantôt que nous avions rendu publique une plate-forme politique responsable, je pense que vous serez en mesure de confirmer la validité de cette affirmation en prenant connaissance des coûts de nos engagements. En effet, l’impact de nos propositions sur le budget d’opération de la ville est de 403 400 $ pour le budget 2014, 461 400 $ pour le budget 2015, 496 400 $ pour le budget 2016 et 537 400 $ pour le budget 2017. Or, je vous rappelle que le budget d’opération de la ville, en 2013, s’élevait à 265 274 550 $, en excluant celui d’Hydro-Sherbrooke. En assumant que nous disposions d’exactement le même budget en 2014, le poids relatif de nos engagements serait de l’ordre de 0,15 % » a expliqué le président du comité exécutif.

Serge Paquin a poursuivi en détaillant le coût des engagements en immobilisations de l’Équipe Bernard Sévigny.

« Au niveau des immobilisations maintenant, les investissements prévus sont de l’ordre de 3 640 000 $ en 2014, 5 425 000 $ en 2015, 2 650 000 $ en 2016 et 2 650 000 $ en 2017. Ces sommes couvrent les investissements additionnels prévus dans les trottoirs et les chaussées, le toit sur l’agora du Carré-Strathcona, la roulotte théâtrale, l’implantation du service 311, l’infrastructure d’assainissement dans l’ouest, les investissements dans le domaine public pour soutenir le commerce de proximité et les agoras dans les parcs. Ces sommes ne concernent toutefois pas les projets d’incubateur et de maison du développement économique que nous ne sommes pas en mesure de chiffrer à ce moment-ci. Au total, ce sont 14 365 000 $ que coûteront nos engagements en immobilisations sur quatre ans, dont huit millions au seul chapitre de la réfection des routes et trois millions pour l’infrastructure d’assainissement à Saint-Élie. À titre d’illustration, le budget d’immobilisation de la ville de Sherbrooke en 2013 s’élevait à 54 160 000 $. Si nous prenons ce chiffre comme base et que nous le mettons en relation avec nos investissements prévus en 2014, 3 640 000 $, le poids relatif de nos projets serait de l’ordre de 6,7 %.

Le président du comité exécutif de la ville de Sherbrooke a poursuivi en expliquant l’origine des sommes qui seront consacrées à ces projets.

« Il est donc clair pour moi que nous avons pris des engagements responsables, réalistes et qui respectent la capacité de payer de nos concitoyens et concitoyennes. En ce qui a trait au financement de ces mesures, somme toute modestes, c’est à partir des marges de manœuvre que nous dégagerons dans le cadre de la préparation des budgets 2014 à 2017 que nous affecterons les sommes nécessaires à la réalisation de nos engagements » a conclu Serge Paquin, candidat de l’Équipe Bernard Sévigny dans le district du Centre-Sud.

1541

conférence de presse du 1er novembre

Publié dans Articles

Sherbrooke, le 18 octobre 2013 — C’est ce matin que le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a dévoilé une série de mesures incitatives qui favoriseront l’implantation de nouveaux commerces et de nouveaux immeubles résidentiels au centre-ville de Sherbrooke, et ce, dans le cadre d’une conférence de presse tenue au Café Antiquarius, situé au 182 rue Wellington Nord. À cette occasion, le maire était accompagné du candidat dans le district du Centre-Sud, Serge Paquin.

« Une ville en santé a besoin d’un centre-ville vivant et dynamique. Les tendances modernes de l’urbanisation tendent à démontrer que la réoccupation des centres-villes constitue l’un des éléments les plus structurants qui soit en termes d’urbanisation. À ce jour, la ville de Sherbrooke n’utilise pas de critères liés à la densification urbaine dans son évaluation des projets. Il n’existe pas, à proprement parler, d’incitatifs formels pour encourager la construction de logements et de commerces dans les secteurs déjà urbanisés, mais dévitalisés » a expliqué le maire de Sherbrooke.

Bernard Sévigny a poursuivi en rappelant qu’il s’était engagé, à l’occasion du discours qu’il avait prononcé devant les chambres de commerce à mettre le centre-ville au cœur de ses priorités.

« Comme je l’ai dit devant les chambres de commerce au printemps dernier, la relance du centre-ville est un grand projet qui me tient à cœur. Notre centre-ville a connu une extraordinaire cure de jouvence depuis le milieu des années 1990, mais en dépit des efforts et des réussites des dernières années, sa relance est fragile et demande une attention de tous les instants. Notre volonté est de redéfinir et de restructurer l’endroit où est née notre ville, il y a un peu plus de deux siècles, au confluent des rivières Magog et Saint-François. Le centre-ville, c’est le berceau de notre grande communauté, c’est là que se trouve l’ADN de ce que nous sommes. Il ne s’agit pas de développer le centre-ville au détriment des secteurs de St-Élie, Fleurimont, Lennoxville ou Rock Forest, bien au contraire. Notre schéma d’aménagement est clair là-dessus. Une ville forte, en pleine croissance, doit avoir un centre-ville extrêmement vigoureux et un centre-ville vigoureux ne peut pas se passer du dynamisme des autres quartiers de la ville. C’est pourquoi nous proposons aujourd’hui de poser des gestes très importants et très structurants au cours des prochaines années, des gestes qui redonneront un nouveau souffle au cœur de Sherbrooke, un nouvel élan » a souligné le maire de Sherbrooke.

Le conseiller sortant du district du Centre-Sud, Serge Paquin, a enchaîné en évoquant certaines des mesures qui seraient mises en place. 

« Un des programmes que nous voulons introduire vise l’accès à la propriété au centre-ville. La mesure s’inspire de ce qui a été fait à Montréal avec Accès condo Montréal. Elle consisterait, pour la ville, à avancer au nouvel acquéreur d’une propriété située au centre-ville une somme équivalente à 10 % du prix d’achat. Lors de la revente de l’immeuble, la ville récupérerait 10 % du prix de vente. Le programme s’appliquerait non seulement aux constructions neuves, mais également aux immeubles existants, et ce, à la condition que l’acquéreur devienne propriétaire-occupant du bâtiment. Par ailleurs, les coopératives d’habitation seraient également admissibles à ce programme, mais avec une obligation de remboursement après 20 ans » a expliqué Serge Paquin.

Le président sortant du comité exécutif de la ville de Sherbrooke a poursuivi en dévoilant d’autres incitatifs favorisant la construction et la rénovation d’édifices au centre-ville.

« D’autres incitatifs seraient de nature fiscale, notamment des congés de taxes pour la construction, l’agrandissement, des rénovations majeures ou le recyclage d’immeubles résidentiels dans le secteur identifié au schéma d’aménagement comme étant le centre-ville de Sherbrooke. Ainsi, de tels immeubles feraient l’objet d’un rabais de taxes de 100 % pour les 3 premières années suivant la construction et de 50 % pour les 2 années subséquentes. Le programme s’appliquerait aux immeubles résidentiels en copropriété, aux immeubles locatifs et aux places d’affaires (bureaux et commerces). Par ailleurs, pour ce qui est des grands espaces à bureau de plus de 750 mètres carrés, le crédit de taxes s’appliquerait également, mais il serait étendu à toute la zone identifiée comme étant le Quartier Central au schéma d’aménagement, un secteur qui part du centre-ville et se rend jusqu’à la rue de Vimy vers l’ouest et jusqu’à la rue Murray vers l’est » a conclu Serge Paquin.

Publié dans Articles

Ce sont plus de 250 personnes qui ont assisté ce soir au lancement de campagne du Renouveau sherbrookois au Boston Bar. Le maire de Sherbrooke y a présenté ses 18 candidats et candidates sous la forme d'un « repêchage » en leur offrant un manteau aux couleurs de sa formation politique.

« L'équipe Bernard Sévigny » compte donc dans ses rangs des vétérans du parti et de la politique municipale comme Robert Pouliot, candidat dans le district d'Ascot, Diane Délisle, candidate dans le district de Deauville et Bruno Vachon, un « jeune vétéran » de 40 ans, dans le district des Châteaux-d'Eau.

« L'équipe Bernard Sévigny compte aussi dans se rangs d'autres vieux routiers de la politique municipale, mais qui sont de nouveaux venus au sein de la formation politique du maire, notamment Mariette Fugère, candidate dans le district du Pin-Solitaire, Serge Paquin dans le district du Centre-Sud et Louisda Brochu dans le district de Lavigerie.

Appelé à commenter la composition de son équipe, le chef du Renouveau sherbrookois s'est félicité du mélange d'expérience et de jeunesse que l'on retrouve au sein de sa brochette de candidats et de candidates :

« Nous alignons effectivement une équipe qui compte plusieurs vétérans de la politique sherbrookoise, mais nous avons aussi des jeunes extrêmement prometteurs qui sont prêts à s'engager et qui ont choisi notre formation politique pour faire avancer leurs idées et leur vision de notre ville. Je pense notamment à Nicolas Balasi, notre candidat dans Lennoxville, à Christine Ouellet qui défend nos couleurs dans le district de Beckett et à Alexandre Blanchette qui se présente dans le district de Saint-Élie sous notre bannière », a rappelé Bernard Sévigny.

Par ailleurs, le maire sortant a profité du lancement de la campagne de son parti pour annoncer qu'un autre jeune candidat avait accepté de joindre les rangs de son équipe.

« Je tenais beaucoup à ce que la voix des jeunes en général et des jeunes familles en particulier soit entendue au sein de notre caucus des candidats et candidates. C'est pourquoi je suis très fier d'annoncer aujourd'hui que Vincent Boutin sera candidat du Renouveau sherbrookois dans le district des Quatre-Saisons. En tout et partout, en comptant Bruno Vachon, ce sont cinq candidats de 40 ans et moins qui brigueront les suffrages le 3 novembre, soit le tiers de nos candidats et candidates » a déclaré Bernard Sévigny.

Rappelons, par ailleurs, qu'outre les six élus actuels et les quatre candidats de la relève, l'équipe du maire présente également trois anciens élus municipaux, à savoir Serge Audet (conseiller dans l'ancienne ville de Saint-Élie-d'Orford), Alain Lapointe (conseiller municipal à Victoriaville) et Gaston Leroux (conseiller municipal à Saint-François-Xavier-de-Brompton et maintenant candidat dans le district du Carrefour).

« Dans le contexte de cynisme qui prévaut actuellement, c'est rassurant de voir que des gens de cette qualité sont prêts à reprendre du service et effectuer un retour en politique municipale. Je suis très heureux aussi de voir des gens d'expérience et de qualité comme Nicole A. Gagnon (district de la Croix-Lumineuse), Danielle Berthold (district de Desranleau) et Guy Lefrançois (district de Domaine Howard) s'engager en politique et faire le choix de se joindre à nous. C'est un honneur et un privilège pour moi de pouvoir compter sur des gens de cette qualité au sein de mon équipe », a ajouté Bernard Sévigny.

Le maire de Sherbrooke a également tenu à souligner la diversité des profils, mais aussi la variété des opinions et des expériences politiques que l'on retrouve au sein de son équipe. Il en a également profité pour annoncer deux nouvelles candidatures, issues de deux familles politiques habituellement aux antipodes l'une de l'autre.

« Notre parti est une large coalition, un véritable arc-en-ciel qui accueille des gens de toutes les origines et de tous les horizons politiques. C'est pourquoi je suis très fier d'annoncer aujourd'hui que monsieur Michel Quirion, ex-candidat du parti Vert du Canada dans Sherbrooke a accepté de porter cette fois-ci le bleu et rouge du Renouveau sherbrookois dans le district du Marie-Rivier. Par ailleurs, de l'autre côté de la gamme de couleurs, je suis également très heureux d'annoncer que monsieur Jean-Pierre Décarie, président du parti conservateur du Canada dans la circonscription de Sherbrooke a accepté d'être candidat du Renouveau sherbrookois dans le district de Montcalm. Comme vous pouvez le constater, nous avons constitué une équipe diversifiée, une large coalition composée d'hommes et des femmes venus de tous les horizons et de toutes les familles politiques, mais qui partagent une volonté commune, celle d'oser faire plus et d'amener notre ville plus loin au cours des quatre prochaines années! » a conclu le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny.

0K6A7894

 

Publié dans Articles

Qui sommes-nous?

Le Renouveau sherbrookois a tenu son congrès de fondation le 7 juin 2008. Les membres présents ont adopté les statuts et règlements, comblé les sièges sur les instances du parti et ont choisi Bernard Sévigny à titre de chef intérimaire jusqu’au premier congrès d’orientation. Les membres ont convenu d’élaborer un projet de société répondant aux valeurs de leur communauté : le leadership, la transparence, la participation citoyenne, la responsabilité fiscale et le développement durable.

Nous joindre - Rencontrez l'équipe

Infolettre